Une maman adopte un bébé et remarque des similitudes frappantes avec son fils


Une maman adopte un bébé et remarque des similitudes frappantes avec son fils




« Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous » Cette citation de Paul Eluard illustre bien l’histoire de cette maman cĂ©libataire. AprĂšs avoir adoptĂ© un bĂ©bĂ© il y’a un an, elle dĂ©cide d’en chĂ©rir un autre. Seulement, cette femme aura la surprise incroyable de rĂ©aliser que ses deux enfants sont frĂšres et sƓurs biologiques. Ce tĂ©moignage Ă©mouvant nous est relayĂ© par nos confrĂšres du site amĂ©ricain USA Today.

RĂ©cemment divorcĂ©e, Katie Page a dĂ©cidĂ© de tourner la page et de constituer une belle famille. Elle a mĂȘme emmĂ©nagĂ© dans une maison avec quatre chambres pour accueillir ses adorables bambins. AprĂšs cette dĂ©cision, elle a reçu rapidement un courrier de son Ă©glise locale pour fonder un nouveau foyer. Ce qu’elle ne savait pas, c’est que cette adoption allait changer sa vie.
Une décision de vie
En voulant changer de vie, Katie Page avait un lĂ©ger frisson. Elle confie Ă  un blog parental que l’idĂ©e d’adopter lui faisait peur mais que cela l’a toujours attirĂ© et qu’elle n’arrĂȘtait pas d’y penser. Elle accueille alors en 2015 aprĂšs avoir accueilli des enfants qui avaient subi des traumatismes trĂšs jeunes. C’est cette initiative qui lui a permis de voir l’adoption comme une Ă©vidence. Plus tard, elle sera invitĂ©e Ă  recevoir un petit bĂ©bĂ© qui souffrait de syndrome de sevrage, un phĂ©nomĂšne frĂ©quent lorsque la mĂšre consomme de la drogue pendant la grossesse. Un lien maternel se fera naturellement.
Katie et Grayson
C’est le petit Grayson qui sera finalement l’enfant adoptif de Katie Page. Les dĂ©buts Ă©taient particuliĂšrement Ă©prouvants et la nouvelle maman a mĂȘme demandĂ© de l’aide pour s’occuper de ce bĂ©bĂ© aux besoins si particuliers. « J’ai appelĂ© frĂ©nĂ©tiquement ma mĂšre et je lui ai demandĂ© de venir vivre avec moi au cours des prochains mois » raconte la femme.
Personne n’est venu chercher l’enfant malgrĂ© les annonces alors elle a dĂ©cidĂ© de l’adopter officiellement le jour de son 11Ăšme mois d’anniversaire. Et elle n’allait pas ĂȘtre au bout de ses joies puisque moins de deux semaines aprĂšs cet heureux Ă©vĂšnement, elle recevra un autre appel dĂ©cisif dans sa vie.
Une surprise inattendue
Deux semaines aprĂšs l’adoption officielle du petit Grayson, Katie acceptera d’adopter temporairement une petite fille. Ce bĂ©bĂ© souffrait du mĂȘme syndrome que son premier fils adoptif mais ses symptĂŽmes n’ont pas semĂ© le doute chez la nouvelle maman. Seulement, en regardant les papiers de sortie de l’hĂŽpital de l’enfant, elle dĂ©couvrira que ce dernier a la mĂȘme mĂšre biologique que son premier enfant ! La femme dĂ©cide alors de rencontrer cette derniĂšre qui Ă©tait Ă  nouveau enceinte.
La mĂšre biologique a confirmĂ© que ces enfants Ă©taient bien frĂšres et sƓurs. Une nouvelle qui a rĂ©joui la jeune femme, fiĂšre de cette fratrie heureuse. « Quand l’assistante sociale me l’a appris, j’ai commencĂ© Ă  pleurer dans mon bureau. Je ne pouvais pas croire le miracle qui s’est produit » raconte Katie, pleine d’Ă©motion. Et elle ne compte pas s’arrĂȘter en si bon chemin puisqu’elle compte Ă©galement adopter le benjamin pour crĂ©er une famille de quatre, un garçon qui s’appelle Jackson. Un nouvel arrivant tant attendu par la femme aimante.
Comment Ă©lever un enfant issu de l’adoption ?
Si de nombreux parents recourent Ă  l’adoption, l’Ă©ducation d’un enfant adoptĂ© est diffĂ©rente de celle d’un enfant biologique.
Le pilier d’une bonne Ă©ducation est de donner beaucoup d’amour et de faire sentir l’enfant adoptĂ© comme partie intĂ©grante de la famille, ce qui demande beaucoup d’investissement pour tous les membres du foyer. Il est important Ă©galement de lui parler de son passĂ©, son histoire et de la vie de ses parents biologiques.
Il faut ĂȘtre particuliĂšrement attentif Ă  ses questionnements particuliers et de l’encourager, aprĂšs avoir atteint un Ăąge favorable, Ă  entreprendre ses dĂ©marches d’identitĂ©. Il est Ă©galement important de parler du fait qu’il soit adoptĂ© sans complexe ou malaise pour le pousser Ă  avoir confiance en lui.
Enfin, il faut garder Ă  l’esprit que le « parent parfait » n’existe pas et qu’il faut toujours faire de son mieux. L’Ă©ducation est une expĂ©rience qui repose sur la bienveillance et la communication. Veiller Ă  ĂȘtre aimant et bienveillant sont les clĂ©s d’une parentalitĂ© positive oĂč l’enfant peut s’Ă©panouir avec bonheur et assurance malgrĂ© son passĂ© qui peut parfois ĂȘtre douloureux.

 source : USA Today.

receta24h