Pas de lait de vache pour les moins de 12 mois !

On a souvent tendance Ă  confondre le lait croissance et le lait de vache. Grave erreur et c’est l’Agence nationale de sĂ©curitĂ© sanitaire (ANSES) qui alerte sur le danger de cette pratique.



AprĂšs l’allaitement maternel ce sont  les laits infantiles qui doivent prendre le relais. MĂȘme si ils sont dĂ©rivĂ©s de lait de vache, ils subissent des transformations pour correspondre Ă  l’allaitement d’un nourrisson.

Il est donc important d’interdire le lait de vache Ă  tout nourrisson de moins d’un an. En effet, ce lait contient des lactoses qui peuvent ĂȘtre indigestes pour les nourrissons et qui causent des perturbations du systĂšme digestif et immunitaire du bĂ©bĂ©.

L’Anse s’appuie sur le rĂ©sultat d’une Ă©tude qui a montrĂ© que le lait de vache engendre des carences chez les nourrissons. En effet il ne couvre pas les besoins en fer du bĂ©bĂ© et peut provoquer une anĂ©mie carentielle qui engendre un retard de croissance. Et un retard psychomoteur. L’Ă©tude relate Ă©galement des problĂšmes plus graves tels que des difficultĂ©s de sociabilisation et de communication avec l’entourage.

Outre les problĂšmes de dĂ©veloppement et de croissance, le lait de vache est en gĂ©nĂ©ral polluĂ© par des substances qui peuvent ĂȘtre dangereuses pour les bĂ©bĂ©s. Des polluants chimiques, des pesticides, des conservateurs qui se retrouvent dans les laits de vaches Ă  travers l’alimentation animale.

Par ailleurs, certains par convictions idĂ©ologiques font le choix d’introduire des laits vĂ©gĂ©taux Ă  leurs nourrissons, tel que le lait de soja, d’avoine ou d’amandes. Cette alternative est tout autant dĂ©conseillĂ©e car les carences sont plus marquĂ©es et plus graves.