Un nouveau traitement révolutionnaire pour les grands brûlés

A Fortaleza, au nord du BrĂ©sil, les patients du service des grands brĂ»lĂ©s de l’institut JosĂ© Frota arborent une forme mi-homme, mi-poisson ! En effet, dans ce service, les mĂ©decins utilisent des peaux de tilapias pour traiter les brĂ»lures.


Source: Edmar Maciel, general coordinator of research on tilapia skin 


Autrefois considérée comme un déchet par les éleveurs de ces poissons, la peau des tilapias possÚderait en réalité des propriétés qui permettent une meilleure cicatrisation que les bandages traditionnels.

« Nous avons constatĂ© en Ă©tudiant la peau de ce poisson qu’une grande quantitĂ© de collagĂšne de type 1 et 3 y Ă©tait contenue, bien plus que dans la peau humaine ! », explique le Dr Edmar Maciel, spĂ©cialisĂ© en chirurgie plastique et rĂ©paratrice au service des grands brĂ»lĂ©s de l’institut JosĂ© Frota.

Le collagÚne est une protéine indispensable à la cicatrisation et à la réparation des tissus.

«Nous avons Ă©galement remarquĂ© que la rĂ©sistance et le degrĂ© d’humiditĂ© de la peau de tilapia sont plus grands que ceux de la peau humaine», ajoute le spĂ©cialiste.


Au service des grands brĂ»lĂ©s de l’institut JosĂ© Frota, les mĂ©decins appliquent donc cette peau de poisson pour traiter les personnes atteintes de brĂ»lures superficielles au second degrĂ©, ce qui permet une cicatrisation au bout de 9 Ă  11 jours.

Pour ce qui est des brĂ»lures du deuxiĂšme degrĂ© profond, les bandages doivent ĂȘtre changĂ©s plusieurs fois, mais moins rĂ©guliĂšrement que dans les bandages traditionnels.

Selon les mĂ©decins brĂ©siliens, la peau de tilapia permettrait mĂȘme de rĂ©duire le temps de guĂ©rison et de diminuer l’utilisation des mĂ©dicaments contre la douleur.

« Avant d’ĂȘtre utilisĂ©es, les peaux sont stĂ©rilisĂ©es dans un bac de dĂ©sinfectant, puis dans du glycĂ©rol Ă  diffĂ©rentes concentrations. Elles sont ensuite envoyĂ©es Ă  SĂŁo Paulo afin d’y ĂȘtre irradiĂ©es par un laboratoire spĂ©cialisĂ© », explique le Dr. Maciel.


Les médecins brésiliens espÚrent que les résultats de leur expérience pousseront une firme à produire des peaux de tilapia à grande échelle, rendant ainsi leur vente aux systÚmes de santé publics possible.