La colĂšre augmenterait le risque d’infarctus et d’AVC

Dans cette Ă©tude, Elizabeth Mostofsky, Murray Mittleman et leurs collĂšgues de l’universitĂ© d’Harvard ont rĂ©alisĂ© une mĂ©ta-analyse (mise en commun des donnĂ©es pour analyse) de 9 Ă©tudes qui impliquaient 4546 cas d'infarctus du myocarde, 590 cas d'AVC ischĂ©mique, 215 cas d'AVC hĂ©morragique, 462 cas de syndrome coronarien aigu et 306 cas d'arythmie.


Ils ont remarqué que, lors des deux heures qui suivent un accÚs de colÚre, les risques d'infarctus ou de syndrome coronarien aigu sont multiplié par prÚs de 5, le risque d'AVC par plus de 3 et que le risque d'arythmie ventriculaire est également accru.

 Ce risque augmente s’il est associĂ© Ă  des facteurs de risques tels que le diabĂšte ou des antĂ©cĂ©dents de problĂšmes cardio-vasculaires, mais mĂȘme si le risque liĂ© Ă  une seule crise de colĂšre est faible, il s’accumule avec la frĂ©quence des crises. Les chercheurs affirment qu’environ 657 crises cardiaques supplĂ©mentaires par annĂ©e dans une population 10 000 personnes sont attribuables Ă  des personnes vivant 5 Ă©pisodes de colĂšre par jour. Ce nombre chutant Ă  158 chez les personnes Ă  faible risque.

 « Le stress psychologique augmente le rythme cardiaque, la pression artĂ©rielle et la rĂ©sistance vasculaire, engendrant ainsi des changements dans le flux sanguin qui peuvent causer des caillots et stimuler des rĂ©ponses inflammatoires », concluent les chercheurs. Ces derniers Ă©tudient actuellement l’effet sur le pronostic Ă  long terme d’une colĂšre intervenant juste avant une crise cardiaque.